blog :::

Fiches et dossiers pédagogiques : Un film, un cours (75 articles)

L'Échange des princesses : le site pédagogique

L’Échange des princesses

C’est une époque aujourd’hui mal connue, pleine de conflits obscurs et de personnages oubliés, une période-charnière entre le règne du « Roi-Soleil » et les grondements de la Révolution. C’est pourtant un moment historique foisonnant, à la fois proche et si exotique, qui recèle son lot d’histoires fascinantes. 
Ainsi cet étonnant épisode (on n’ose parler d’anecdote) de diplomatie matrimoniale, pratique courante dans les cours de l’époque mais rarement poussée aussi loin dans ses raffinements cyniques : le double mariage ourdi par le Régent, Philippe d’Orléans, pour unir les cours de France et d’Espagne, et ainsi assurer la paix après la sanglante et ruineuse Guerre de succession d’Espagne (1701-1714). Il consistait à « échanger » sa propre fille, Mlle de Montpensier, promise à l’héritier du trône d’Espagne, contre l’Infante Anna Maria Victoria, destinée elle à épouser Louis XV. Il se trouve que la première avait onze ans, et la seconde à peine quatre, leurs promis n’étant guère plus âgés.

De cette histoire relatée dans les Mémoires de Saint-Simon (qui en fut le témoin privilégié, en tant qu’ambassadeur du roi de France auprès de la Cour d’Espagne), l’historienne et romancière Chantal Thomas (auteure des Adieux à la reine, déjà adapté au cinéma par Benoît Jacquot) a conçu un roman, L’Échange des princesses (Éditions du Seuil), qui raconte la trajectoire météorique de ces deux jeunes princesses, dont la jeunesse fut sacrifiée sur l’autel de la raison d’État, et essaye de s’imaginer leurs états d’âme. Le cinéaste (et romancier lui-même) Marc Dugain en a tiré une œuvre d’une beauté vénéneuse, qui croise son thème favori, celui de la manipulation politique, avec un récit poignant de l’enfance sacrifiée. Il montre une époque inquiète, loin de l’image glorieuse du "Siècle des Lumières", hantée par la terreur de la maladie et de la mort, et une monarchie qui s’enferme dans des rituels mortifères.

Zérodeconduite a consacré un dossier pédagogique au film, qui propose une analyse du film, un entretien avec l’historienne Pascale Mormiche (spécialiste de l’éducation des princes et des princesses sous l’Ancien Régime), et deux fiches d’activité pour étudier le film en classe (Français, Seconde, Première)

L’Échange des princesses de Marc Dugain, au cinéma le 27 décembre

Le site pédagogique

Posté dans Fiches et dossiers pédagogiques par le 21.12.17 à 12:35 - Réagir

Les Conquérantes : Le site pédagogique

Les Conquérantes

Charge mentale et répartition des tâches ménagères, inégalités salariales, violences faites aux femmes : l'actualité récente et les débats qui l'ont agitée montrent que l’égalité entre hommes et femmes, idéal de nos sociétés démocratiques, est très loin d’être accomplie, et que le combat féministe est plus que jamais d’actualité. Le film Les Conquérantes de Petra Volpe rend hommage, sous la forme d’une comédie, à l’une des grandes dates de ce combat : la victoire au referendum fédéral qui en 1971 posa aux (hommes) suisses la question du droit de vote des femmes. À travers le personnage fictif de Nora et du décor d’un petit village de Suisse alémanique ancré dans le plus profond conservatisme, le film montre l’énergie admirable qu’il fallut aux citoyennes helvètes pour obtenir le droit de vote et ainsi réparer l’injustice qui leur était faite.

Au-delà de la double anomalie historique (la Suisse, dernier pays occidental à introduire le suffrage féminin, et seul pays au monde — avec le Lichtenstein — à l’avoir fait par voie référendaire !) et des savoureuses situations de comédie qu’en tire Petra Volpe, au-delà de l’hommage tendre et drôle aux pionnières du féminisme, Les Conquérantes pose des questions qui résonnent fortement avec la société actuelle. Cela en fait un film très riche d’un point de vue pédagogique, idéal pour un travail interdisciplinaire au Lycée.
C'est pourquoi Zérodeconduite lui a consacré un dossier pédagogique, qui propose des fiches d’activités en Enseignement Moral et Civique, en Sciences et Économiques et Sociales et en Allemand.
— En EMC, le film permettra d’étudier aussi bien les inégalités et discriminations quotidiennes subies par les femmes que la conquête de l’égalité politique, inscrites dans le thème « Egalité et discrimination » du programme de Seconde.
— En SES, nous proposons deux fiches d’activité autour des thématiques sociologiques du contrôle social et de la déviance (Première ES) et du passage de la solidarité mécanique à la solidarité organique, en lien avec la montée de l’individualisme (Terminale ES).
— En Allemand, le film permettra de sortir de thématiques rebattues pour explorer les questions du féminisme et étudier la Suisse alémanique. Au point de vue linguistique, si le Schwyzerdütsch peut au premier abord représenter une entrave à la compréhension, il peut aussi être adapté à un travail de « traduction » vers le Hochdeutsch et être ainsi l’occasion d’introduire des informations intéressantes sur l’histoire de la langue allemande et de certains de ses dialectes (à moduler en fonction du niveau et de la motivation de la classe concernée !).

Les Conquérantes (Die göttliche Ordnung) de Petra Volpe, au cinéma le 1er novembre
Le site pédagogique du film

Posté dans Fiches et dossiers pédagogiques par le 30.10.17 à 16:58 - Réagir

Nos patriotes : le site pédagogique

Nos Patriotes

Qui connaît le rôle qu’ont joué les tirailleurs sénégalais, démobilisés après la défaite de quarante et entrés en clandestinité, dans la lutte contre l’occupant nazi ? Dans son film Nos Patriotes (au cinéma le 14 juin), Gabriel Le Bomin (l’auteur des Fragments d’Antonin, très beau premier film sur les séquelles des poilus) rend hommage à l’un d’eux, Addi Bâ, jeune franco-guinéen qui sera un membre-fondateur d'un des premiers réseaux de Résistance. Arrêté par les Allemand, il sera exécuté en 43 à Épinal. Mais il faudra attendre 2003 pour que lui soit enfin décernée, à titre posthume, la médaille de la Résistance. Film-hommage ne dédaignant pas le romanesque, Nos Patriotes n’en est pas moins une plongée historique rigoureuse dans les premiers temps de la Résistance, ses contradictions et ses vicissitudes.
Comme le fait remarquer l’historien Olivier Wieviorka, grand spécialiste de la période, "Nos Patriotes récuse tout manichéisme, en dévoilant la complexité des choix qui se posaient aux individus. Fallait-il, suivant les communistes, tuer des soldats allemands au risque de sanglantes représailles ? Exécuter des hommes qui, en fuyant la rude vie du maquis, risquaient de le trahir ? Attendre les ordres pour agir ou passer aussitôt à l’action ? La réponse à ces questions essentielles n’était en rien évidente, d’autant que les préjugés aveuglaient parfois les rebelles. Les résistants étaient des hommes, non des saints, que les a priori racistes, sexistes ou xénophobes n’épargnaient pas. Gabriel Le Bomin illustre, avec un souci aigu de la nuance, ces réalités contrastées, en proposant une lecture incarnée des grands enjeux que les combattants de l’ombre durent affonter en ces temps d’airain."

Zérodeconduite propose un dossier pédagogique d'accompagnement du film, proposant notamment un entretien avec la chercheuse Cécile Vast, et deux activités centrées sur l'Occupation et la Résistance, et destinées aux classes de Troisième. Le film s'inscrit en outre de manière très pertinente dans le cadre du thème 2018 du Concours National de la Résistance et de la Déportation : "S'engager pour libérer la France."

Nos Patriotes de Gabriel Le Bomin, Au cinéma le 14 juin

Le site pédagogique du film

Posté dans Fiches et dossiers pédagogiques par le 09.06.17 à 17:19 - Réagir

La Jeune fille et son aigle : le site pédagogique

La jeune fille et son aigle

Une jeune fille, debout sur un éperon rocheux, accueille sur son bras tendu un aigle immense, ailes déployées et griffes dehors. Cette photo, qui sert d’affiche à La Jeune Fille et son aigle, est en elle-même déjà spectaculaire. Mais ce n’est rien à côté de l’histoire sur laquelle elle lève le voile. Depuis toute petite, Aisholpan est fascinée par les aigles que dresse son père. Mais la tradition kazakhe n’autorise pas les femmes à devenir dresseuses d’aigles – un privilège réservé aux garçons. Des coutumes archaïques dont l’adolescente ne fait que peu de cas, décidée à prouver qu’elle et son aigle chassent aussi bien – si ce n’est mieux – que les hommes.

L’histoire que raconte le réalisateur britannique Otto Bell se déroule dans une région particulièrement reculée : les montagnes de l’Altaï, territoire aride situé à l’extrême ouest de la Mongolie. Mais c’est à chacun et chacune d’entre nous que s’adresse ce documentaire, à commencer par les adolescent(e)s, à qui il ne faut cesser de répéter que les conventions de genre, aussi millénaires qu’elles soient, n'ont rien de naturelles et doivent être remises en cause. L’identification des jeunes filles (et des garçons !) à Aisholpan, l'héroïne du film, sera d’autant plus facile que le film se distingue par une réalisation très énergique, qui fait de certaines scènes de véritables morceaux de bravoure (les scènes de chasse à l’aigle sont à couper le souffle). Les séquences plus calmes sont, quant à elles, accompagnées par une voix-off qui apporte des éléments de contexte et permet d’en démeêler les enjeux. Adapté au grand public, La Jeune Fille et son aigle pourra ainsi être présenté aux élèves dès le Cycle 3.

Zérodeconduite a mis en ligne un dossier pédagogique avec des activités pour étudier le film en classe. Il s’adresse en particulier aux professeurs de Français et d’Histoire-Géographie-EMC, qui pourront, à partir du film, lancer le débat sur les stéréotypes et les discriminations de genre. Les professeurs de Français pourront également mobiliser La Jeune Fille et son aigle dans une séquence sur le récit d’aventures, tandis que les enseignants en Géographie pourront étudier avec leurs élèves les singularités géographiques de la Mongolie et la vie quotidienne des populations nomades. Rédigées par des enseignants de Collège, ces activités sont aisément adaptables au Cycle 3 de l’école Primaire.

La Jeune fille et son aigle d'Otto Bell, au cinéma le 14 avril
Le dossier pédagogique

Posté dans Fiches et dossiers pédagogiques par le 05.04.17 à 15:31 - Réagir

La Princesse de Montpensier au programme des TL

La Princesse de Montpensier

Une femme au programme du bac ! On n’aura sans doute jamais parlé autant du Programme de Littérature en classe Terminale que cette année, à la faveur de cette petite révolution symbolique : une auteure femme inscrite pour la première fois au programme de l’épreuve totémique du système scolaire français. Peu importe que cette épreuve ne concerne qu’une minorité des futurs bacheliers et bachelières, ceux inscrits en filière L : le symbole est d’autant plus fort qu’il répond à une mobilisation spontanée des enseignants et des élèves, dénonçant dans deux pétitions successives « l’excès de testostérone » des programmes officiels. La pétition initiée l'année dernière par Françoise Cahen, professeure de français au lycée d’Alfortville (Val-de-Marne), et adressée à la Ministre de l'Éducation Nationale, exprimait en ces termes le problème posé par cette hégémonie masculine : « Nous ne demandons pas la parité entre artistes hommes et femmes. Nous aimerions que les grandes écrivaines comme Marguerite Duras, Mme de Lafayette, Annie Ernaux, Marguerite Yourcenar, Nathalie Sarraute, Simone de Beauvoir, George Sand, Louise Labé... soient aussi régulièrement un objet d'étude pour nos élèves. À un type de classe composé en majorité de filles et des profs de lettres qui sont majoritairement des femmes, quel message subliminal veut-on faire passer ? »

Ce sera donc Madame de La Fayette, avec sa nouvelle La Princesse de Montpensier, complétée par son adaptation cinématographique, réalisée par Bertrand Tavernier en 2010. Certains regretteront le choix de cette nouvelle peu connue en lieu et place du chef d’œuvre La Princesse de Clèves, d’autres noteront la domination sans partage du genre narratif (l’autre œuvre au programme en 2018 étant le roman Les Faux Monnayeurs d’André Gide). Mais la nouvelle et le film ont de beaux arguments à faire valoir, aussi bien en termes d’histoire littéraire (premier récit publié, anonymement, par Mme de Lafayette, La Princesse de Montpensier passe pour l’une des premières nouvelles françaises), d’histoire tout court (un double regard sur les guerres de religion, à respectivement un et cinq siècles de distance) que de procédés littéraires et cinématographiques… autant d'axes évoqués par le Bulletin officiel, qui propose également une première bibliographie.

Comme pour les œuvres cinématographiques inscrites précédemment au programme du baccalauréat (Zazie dans le métro et Œdipe Roi), Zérodeconduite proposera le DVD avec ses droits et un substantiel dossier d’accompagnement pédagogique.
NB : Il existe déjà un dossier en ligne, publié en 2011. Pour les établissements ayant déjà acquis le DVD auprès de Zérodeconduite, il sera remplacé (même adresse et même code d'accès) par la version enrichie et réactualisée, mise en ligne le 1er septembre 2017.

Pour aller plus loin :
- Le DVD sur notre boutique en ligne
- Notre critique du film (Festival de Cannes 2010)
- Notre entretien avec Bertrand Tavernier

Posté dans Fiches et dossiers pédagogiques par le 23.03.17 à 16:22 - Réagir

new site