blog :::

: (284 articles)

Politique des acteurs : Romy Schneider au coll?ge

En r?action ? la "politique des auteurs" lanc?e par Fran?ois Truffaut et les Cahiers du Cin?ma, dont l'effet pervers ?tait de sacraliser la signature du r?alisateur au d?triment des autres cr?ateurs du film, le critique et cin?aste Luc Moullet (dont le nouveau film est actuellement en salles) a invent? le concept de "politique des acteurs" (titre d'un ouvrage paru en 1993) : sa th?se est qu'au m?me titre que les cin?astes, certains grands com?diens — Gary Cooper, John Wayne, Cary Grant, James Stewart — font œuvre, par le choix des r?les qu'ils interpr?tent, par la continuit? de leur gestuelle ou de leur travail corporel. La langue populaire reconna?t d'ailleurs confus?ment cet ?tat de fait quand elle parle d'un film "de" Bruce Willis ou "de" Louis de Fun?s : l'effet de signature du r?alisateur dispara?t derri?re la personnalit? du com?dien-vedette…
Si l'on accepte ce postulat de d?part, la filmographie d'un com?dien devient un objet d'?tude ? part enti?re, que l'on se place sur le terrain esth?tique, sociologique ou historique. On avait tent? de le faire ici ? propos de Louis de Fun?s (Louis de Fun?s, h?ros fran?ais) et, dans une moindre mesure, de Sylvester Stallone (Stallone, ic?ne reaganienne, Les historiens aiment Stallone). Kevin Labiausse propose sur le site Cinehig un travail autour de la filmographie de Romy Schneider… et du programme d'Histoire de Troisi?me, choix qu'il justifie de mani?re assez convaincante : "Allemande, Romy Schneider est n?e en 1938 et son enfance sera travers?e par un conflit qui conduira ses parents ? quitter Vienne et ? s’installer, fortuitement, ? quelques encablures du nid d’aigle d’Hitler. Ce pass? personnel et national la marquera ? jamais dans sa vie et dans ses choix professionnels. Rejetant au d?but des ann?es 1960 l’image pass?iste et id?alis?e d’une Sissi dans laquelle elle ne se reconna?t pas, elle va alors s’engager dans un cin?ma o? il est encore question d’histoire, mais surtout question des faits les plus sombres du XX?me si?cle, et plus particuli?rement de la Seconde Guerre mondiale."
A partir d'un choix tr?s pr?cis (minutage ? l'appui) d'extraits tir?s de sept films de l'actrice (du Cardinal d'Otto Preminger en 1963 jusqu'? La Passante du Sans-souci en 1982), il propose de faire travailler les ?l?ves sur des th?mes comme l’occupation allemande (dans Le Vieux fusil), l'exode (dans Le Train de Pierre Granier-Deferre) ou le s?gr?gationnisme aux Etats-Unis (dans Le Cardinal).

Posté dans Sur le web par zama le 25.06.07 à 11:42 - 4 commentaires

Douce France ? le Festival du film d'Histoire

"Il revient ? ma m?moire, des souvenirs familiers…"
Ouvert l'ann?e pr?c?dente aux quatre vents de l'id?e europ?enne, le Festival du Film d'Histoire de Pessac s'est repli? cette ann?e sur une th?matique tr?s hexagonale, empruntant son titre-slogan ? la c?l?bre chanson de Charles Trenet.
"Douce France" donc, pour "bousculer les morosit?s ambiantes" ; mais avec un point d'interrogation, tout de m?me, tant la proclamation pourrait para?tre incongrue ou pass?iste. Le Festival orchestrera donc un d?bat entre les deux points de vue r?sum?s par Jean-No?l Jeanneney dans son ?ditorial : "Climat pond?r?, beaut? des paysages et des villes, splendeur des monuments (…) langage de clart? et de sagesse" d'un c?t? ("Leben wie Gott in Frankreich" disent bien les Allemands) ; "?go?smes, brutalit?s intimes, contradictions ?prouv?es entre les principes splendides des Lumi?res et les pratiques de notre peuple" de l'autre. Ou, pour reprendre deux des grands classiques propos?s dans la programmation de Pierre-Henri Deleau, French Cancan de Renoir contre Le Corbeau de Clouzot.
Ladite programmation propose p?le-m?le un hommage ? Jacques Tati, des films plus r?cents sur les th?matiques sociales (travail, int?gration, banlieues), et quelques "raret?s" comme cette adaptation des Travailleurs de la mer par le metteur en sc?ne de th??tre Antoine. Mais la particularit? du Festival est aussi de proposer de nombreux d?bats et rencontres th?matiques qui ?claireront de pr?s ou de loin la th?matique g?n?rale : du sempiternel "Faut-il sauver le mod?le fran?ais ?" avec l'in?vitable "d?cliniste" Nicolas Baverez au plus original (au moins dans la formulation) "Les Fran?ais aiment-ils la d?mocratie ?"
En parall?le, le Prix du Film d'Histoire pr?sentera douze documentaires et neuf long-m?trages de fiction in?dits, dont bon nombre seront pr?sent?s dans ces pages : Black book de Paul Verhoeven, Daratt, saison s?che de Mahamat-Saleh Haroun, La Vie des autres de Florian Henckel von Donnersmarck, Le Violon de Francisco Vargas Quevada et La faute ? Fidel de Julie Gavras…

Posté dans Evènements par Zéro de conduite le 21.11.06 à 18:20 - 2 commentaires

Cin?mas engag

Dans la cat?gorie "lectures de plage intelligentes", puisque c'est la saison, on conseillera ? nos lecteurs le dernier num?ro de Mani?res de voir, le suppl?ment du Monde Diplomatique, consacr? aux "Cin?mas engag?s". L'?ditorial d'Ignacio Ramonet y constate le retour en gr?ce d'un cin?ma politiquement conscient, voire engag?, citant de nombreux films chroniqu?s r?cemment sur ce blog (Vol 93, The Road to Guantanamo, Good night and good luck, Syriana, Munich ) ou ? sortir prochainement, comme Indig?nes de Rachid Bouchareb (voir ?galement notre site p?dagogique Indig?nes), ou Le vent se l?ve de Ken Loach (le cin?aste anglais fait d'ailleurs figure de saint patron, dont le pr?c?dent Land and Freedom a les honneurs de la couverture). Mais, selon le principe de Mani?res de voir, le num?ro est plut?t r?trospectif, puisqu'il s'agit d'une compilation d'articles parus dans le Monde Diplomatique ces trente derni?res ann?es, agr?ment?e de quelques in?dits et suppl?ments.
A une lecture suivie qui accuserait le manque de coh?rence de l'ensemble, on pr?f?rera donc piocher au gr? des envies ou des besoins dans les deux grandes sections, "Face ? la guerre" et "Miroirs des soci?t?s", ainsi que dans la s?rie des 13 "films t?moins" (du Voleur de bicyclette de Vittorio De Sica au plus inattendu Arriviste d'Alexander Payne), et on appr?ciera ainsi la diversit? des approches et des plumes (notamment ?trang?res).
Sur le site internet on pourra consulter trois articles, dont l'un ("Tsahal, d?fense et illustration de l'arm?e isra?lienne"), charge contre le film le plus contest? de Claude Lanzmann, n'a sans doute pas ?t? mis en avant par hasard.

Posté dans Sur le web par zama le 30.07.06 à 17:06 - 2 commentaires

Une filmographie africaine

"On filme l'Afrique et l'Afrique se filme"… C'est le beau titre trouv? par Vincent Marie pour une proposition p?dagogique de filmographie "africaine". C'est-?-dire regroupant ? la fois les films de nationalit?s africaines et ceux qui prennent le continent comme sujet et objet filmique. Soit pr?s d'une trentaine de titres organis?s en quatre regroupements th?matiques ("L’Afrique entre tradition et modernit? : un continent pluriel ? / Le poids du pass? : un patrimoine africain fragile et fragilis? / Le poids de la d?mographie : des territoires en mutations rapides, l’Afrique face aux risques : un continent en crise ?") et choisis avec un ?clectisme tout personnel, puisque la fiction c?toie le documentaire (dont plusieurs "52 minutes") et m?me l'animation (l'incontournable Kirikou et la sorci?re de Michel Ocelot), et que les "auteurs" reconnus dans les festivals internationaux (Semb?ne Ousmane, Idrissa Ouedraogo…) se m?lent ? des documentaristes plus familiers de l'anonymat des diffusions t?l?visuelles.
On pourra bien s?r opposer ? Vincent Marie la partialit? de ses choix, d'importantes lacunes ("l'Afrique" est ici enti?rement identifi?e ? l'Afrique noire ou subsaharienne, oubliant notamment l'ensemble du Maghreb) et oublis (quid des documentaires de Thierry Michel sur le Congo belge, dont le r?cent Congo River qui a fait l'objet, une fois n'est pas co?tume, d'un accompagnement p?dagogique s?rieux, voir le site officiel fran?ais ?), mais ce serait se m?prendre sur l'objet de son initiative. Il ne s'agit pas en effet de s?lectionner et d'exclure mais de donner un nouvel ?clairage ? des films qui n'ont g?n?ralement pas les moyens de toucher le grand public, se heurtant soit aux r?alit?s ?conomiques soit ? l'indiff?rence du public (le succ?s du Cauchemar de Darwin est ici l'?loquent contre-exemple : faut-il nous interpeller jusque dans nos assiettes pour nous int?resser ? l'Afrique ?)… On se permettra ainsi d'ajouter ? la liste notre coup de cœur, La Nuit de la v?rit? de la guin?enne Fanta Regina Nacro, qui a connu l'?t? dernier une carri?re injustement m?t?orique dans les salles…
D'autant que Vincent Marie ne s'arr?te pas l? et nous offre d'autres outils : — un lien vers la Cin?math?que des Trois Mondes qui ?dite la plupart de ces œuvres, et propose des ressources en ligne (notamment un passionnant atlas interactif des cin?mas d'Afrique, faisant le point sur la production de chaque pays et la recontextualisant)
— ses riches didactisations sur trois films africains de la s?lection (en attendant les autres ?) : Ke?ta l'h?ritage du griot et Sia, le r?ve du Python (photo) de Dani Kouyat?, et Yaaba d'Idrissa Ouedraogo.
Il est ? signaler que celles-ci, qui pr?sentent de nombreuses pistes d'analyse filmique (ainsi sur l'espace dans Yaaba ou le traitement de la l?gende dans Sia le r?ve du python), int?resseront tout autant les enseignants de Fran?ais que ceux d'Histoire-G?ographie, et permettront aux ?quipes les plus motiv?es d'imaginer un riche travail interdisciplinaire.

Posté dans Sur le web par zama le 03.07.06 à 19:16 - 7 commentaires

new site