Image du film Battle of the sexes
« Le macho contre la féministe » : à l'heure de #balancetonporc et des débats sur l’écriture inclusive, on ne pouvait sans doute rêver meilleure affiche que celle, pourtant vintage, de cette « bataille des sexes », qui opposa en 1973 la championne de tennis Billie Jean King, militante pour l’égalité des primes entre joueuses et joueurs, à l’ex-tennisman Bobby Riggs, autoproclamé « male chauvinist pig » (gros porc machiste). Leur confrontation ultra-médiatisée trouva un énorme écho dans l’Amérique des seventies, cristallisant à travers une petite balle jaune le combat du féminisme contre le patriarcat.

Mais de ce match historique, les réalisateurs de Little Miss Sunshine tirent un film bien trop maniéré. Chantres du cinéma américain indépendant, ils en reprennent tous les codes, jusqu’au trop plein. Fascination pour les années 70, attrait pour les couleurs vives et les lumières enveloppantes, flous artistiques, jeux sur les miroirs, changements permanents de focales… La grammaire est respectée à la lettre, de manière à ce point systématique que les tics de réalisation finissent par énerver. La meilleure illustration en est cette scène de rencontre entre Billie Jean King et Marilyn Barnett, qui deviendra son amante, scène dans laquelle toutes les images sont partiellement obstruées par un objet ou une silhouette placés au premier plan.

Entouré de ce decorum vaporeux, l’âpre machisme de l’époque en devient presque sympathique, à l’image de ce Bobby Riggs présenté avec empathie comme une gloire déchue du tennis accro au jeu, finalement plus showman que macho. C’est à l’arrière-plan qu’il faut chercher la dénonciation d’un sexisme aussi ordinaire que détestable : un présentateur vedette qui ne cesse de répéter que les tenniswomen sont biologiquement inférieures aux tennismen ; des joueuses qui touchent jusqu’à huit fois moins d’argent que leurs collègues masculins dans les tournois… Autant de notations qui font écho au temps présent, mais qui s’avèrent trop discrètes pour marquer les esprits.

Il faut ainsi attendre l’affrontement final pour que le duel tant attendu prenne forme. La dramaturgie du match est habilement gérée par les deux réalisateurs. Les points s’enchaînent sans qu’aucun des deux joueurs ne semble capable de prendre l’avantage. Placé dans la peau d’un téléspectateur de 1973, le spectateur de 2017 vibre avec la foule, alternant entre abattement et exaltation. Il n’en fallait pas moins pour nous tirer de l’état cotonneux dans lequel le reste du film nous avait plongés… Dommage pour un film qui aurait pu permettre d’aborder de manière originale la thématique des inégalités et des stéréotypes de genre.

Philippine Le Bret

Battle of the sexes

Ce film m'intéresse

L'avis des enseignants

Suivez-nous