Image du film La Pirogue

Une possibilité sur dix de ne jamais arriver à destination, une sur six de mourir en mer, mais une sur une de ne pas gagner sa vie au Sénégal. Les calculs sont vite faits pour la trentaine de clandestins embarqués dans La Pirogue de Moussa Touré. Tous partiront risquer leur vie en mer pour tenter de rallier l’Europe via l’Espagne et ainsi « rentrer dans l’Histoire ».  L’humiliant discours de Dakar de 2007 hante le réalisateur sénégalais comme les passagers de la pirogue. Rappelés au début de la projection, moqués au cours du film, les propos de Nicolas Sarkozy invitent à l’action.
Grave et démonstratif, le long métrage de Moussa Touré décrit, étape par étape, l’itinéraire mortel qu’une poignée d’hommes venus d’Afrique subsaharienne ont décidé d’emprunter pour gagner l'Europe. Leurs motivations sont aussi claires que diverses. Pour les uns, le salut viendra de leur talent de footballeur ou de musicien. Pour les autres, il sera conquis à force de labeur dans les exploitations agricoles espagnoles ou dans les commerces dans les grandes villes européennes. Pour tous, les conditions de l’expédition seront atroces. Eprouvés dans leurs chairs comme dans leurs âmes, les clandestins venus des quatre coins de l’Afrique subsaharienne (Dakar, Guinée…) doivent surmonter les escroqueries cyniques des passeurs, subir l’amateurisme de leurs capitaines de pirogue, affronter leur peur de l’océan déchaîné, résister à la soif comme à la faim, refuser de porter secours à des compagnons de traversée à la dérive pour éviter de subir leur triste mort, dépasser leurs superstitions comme leur tentation de trouver des boucs émissaires à leurs malheurs, oublier leur douleur à la mort de leurs proches…
Le triste tableau de l’immigration clandestine est brossé, un terrible réquisitoire prononcé. Avec le long métrage de Moussa Touré, la communauté internationale est violemment confrontée à sa coupable indifférence à des souffrances appelées à se répéter inlassablement. Sur la trentaine des clandestins embarqués sur la pirogue, seule une demi douzaine survivra. La leçon de leur malheur suffit-elle à les dissuader de risquer une seconde fois leur vie ? Non. A peine renvoyés des Canaries où ils ont été secourus par la Croix Rouge espagnole, les rescapés rejettent symboliquement l’accueil que Dakar leur réserve. Les quinze malheureux euros reçus à leur retour serviront à acheter des maillots du Barça afin d’entretenir l’espoir de leurs enfants de réussir sur la terre promise européenne.

La Pirogue de Moussa Touré, Sénégal, France, Allemagne, 87 mn
Sélection Officielle, Un certain regard

Francis Larran

Professeur d’histoire-géographie au lycée de Bussy-Saint-Georges, en Seine-et-Marne. J’aurais voulu épouser Kathryn Bigelow ! Comme tous les réalisateurs et réalisatrices que j’aime, elle réussit le tour de force d’exprimer des messages profonds dans des films grand public.

La Pirogue

Ce film m'intéresse

L'avis des enseignants

Suivez-nous