Image du film Félins

Félins : (toujours) sauvages et (encore plus) beaux

Critique

Félins

Depuis Sauvage et beau de Frédéric Rossif (1984), on constatera que la grammaire filmique du documentaire animalier n'a pas vraiment changé : alternance de gros plans à la longue focale (pour isoler l'animal) et de plans larges (pour le replacer dans son environnement), de plans fixes (pour montrer une mère alaitant ses petits) et de panoramiques endiablés (la course folle du léopard), morceaux de bravoure et passages obligés que sont les scènes de prédation, etc.
Mais les techniques d'enregistrement et de traitement des images (et des sons) auront accompli un bond énorme, qui font des films animaliers d'aujourd'hui de grands spectacles à l'esthétisme souvent époustouflant : Félins s'inscrit pleinement dans cette lignée, notamment par ses mémorables scènes de cavalcades (tournés grâce à une caméra permettant d'enregistrer à très grande vitesse pour restituer des ralentis spectaculaires).
Troisième long-métrage produit par le label Disney Nature (après Les Ailes pourpres et Pollen), Félins met en scène les rois du documentaire animalier (lions majestueux, véloces guépards, et charmantes petites boules de poils) en nous contant l'histoire de quelques "personnages" : le lion Fang, vieux chef de tribu déclinant, son rival Kali qui lorgne sur le territoire de son voisin, Sita, mère guépard qui veille sur sa progéniture…  S'adressant au public le plus large, Félins est construit comme un conte, prenant le parti de la fictionnalisation des images et de l'anthropomorphisation des animaux (du moins certains d'entre eux : crocodiles ou buffles n'ont pas voix au chapitre, réduits au rang de prédateurs ou de gibier anonymes). 
Mais la voix du narrateur, qu'un public adulte jugera certainement redondant, et qui permet "d'accrocher" le jeune public, n'entache heureusement ni l'attrait esthétique ni l'intérêt scientifique des images. En Primaire, le film permettra ainsi un très riche travail, dès le Cycle 2, autour des animaux de la savane. On pourra également travailler le film avec des élèves de collège en SVT : en Sixième, on pourra aborder la classification des animaux et la chaîne alimentaire, en partant des ressources présentes dans et autour du fleuve. En Quatrième, on pourra mener une étude comparative du mode de vie, de l'organisation du groupe, des techniques de chasse, de l'éducation des petits, stratégies de reproduction, chez les lions et les léopards...

Vital Philippot

Suivez-nous