Image du film Kings
Alors que les États-Unis commémorent les cinquante ans de l’assassinat de Martin Luther King, les violences policières à l'encontre des afro-américains continuent à défrayer la chronique. On pouvait donc attendre de Kings, le nouveau film de Deniz Gamze Ergüven, qu’il fasse écho à cette actualité dramatique. Mais le mélange des genres tenté par la réalisatrice de Mustang empêche Kings d’être le grand film politique qu’on aurait pu espérer.
 
Vingt-cinq ans après, les images du tabassage de Rodney King par des policiers à Los Angeles n’ont rien perdu de leur violence. Loin d’évoquer un passé révolu, elles nous renvoient à la litanie à ce jour ininterrompue des meurtres d’hommes et de femmes noirs par la police américaine. La présence de ces images dans le nouveau film de Deniz Gamze Ergüven laissait donc croire que ce Kings serait une œuvre politique, à l’image du premier long-métrage de la réalisatrice franco-turque, Mustang. Même si l’on passe d’un village turc à une métropole américaine, d’un casting d’inconnues à une distribution hollywoodienne (Halle Berry et Daniel Craig), les deux films procèdent de la même volonté : montrer comment le politique influe sur le quotidien de ses personnages, mais aussi comment le quotidien persiste dans des situations politiques très violentes. Il s’agissait dans Mustang de décrire les longues journées de sœurs enfermées par leurs parents dans l’attente de leurs mariages forcés ; il est question dans Kings du quotidien de Millie (Halle Berry), mère-courage d’un quartier défavorisé de South Central prise dans le chaos des émeutes d’avril-mai 1992. Des émeutes nées suite à l’acquittement des quatre policiers impliqués dans le tabassage de Rodney King, qui durèrent cinq jours et firent entre 50 et 60 morts.

Un cruel manque de crédibilité

D’où vient que les sœurs de Mustang avaient fait chavirer notre cœur, alors que les personnages de Kings nous laissent, eux, de marbre ? Malgré le temps passé par Deniz Gamze Ergüven à South Central, malgré ses lectures et ses rencontres avec les habitants, le film est miné par d’importants problèmes de crédibilité, qui empêchent de croire à l’existence des personnages. Il est difficile par exemple de comprendre le rôle exact de Millie auprès des enfants qu’elle recueille chez elle ; ou d’admettre que cette mère débordée, qui passe tout le film à courir dans les rues de South Central, parvienne à maintenir un brushing absolument parfait.

Le bruit et la fureur

À ce manque de crédibilité s’ajoutent des décisions de mise en scène peu opportunes. Que ce soit le recours à une caméra extrêmement mobile ou le choix de remplir ses cadres jusqu’au débordement (toujours un enfant qui crie, qui court ou qui pleure dans un coin de l’image), les choix de Deniz Gamze Ergüven ne laissent pas au spectateur le temps d’apréhender la psychologie des personnages. La réalisatrice cherche bien sûr à retranscrire à l’écran l’atmosphère chaotique de ces jours d’émeutes. Mais sans un minimum d’empathie pour les personnages – ce qui nécessiterait de pouvoir les percevoir autrement que comme un tout bruyant et furieux – ce chaos permanent tourne à vide, jusqu’à l’agacement.

Un film inconséquent ?

Cette atmosphère de chaos permanent prend également le pas sur la compréhension des enjeux des émeutes de 1992, travers que le film partage avec le récent Detroit de Kathryn Bigelow. Deniz Gamze Ergüven n’escamote pas les événements qui ont déclenché la révolte des habitants de South Central, en reconstitue certains et évoque les autres via des images d’archives : le meurtre d’une jeune fille afro-américaine, tuée d’une balle dans le dos par la gérante d’une épicerie, le tabassage de Rodney King, l’acquittement des policiers impliqués. Mais la réalisatrice ne se penche jamais sur les racines historiques et politiques de ces émeutes, les ramenant ainsi à l’expression d’une colère passagère.
Kings fait ainsi œuvre d’une trop grande légèreté vis-à-vis de son sujet. Le film ne cesse d’ailleurs d’alterner entre le drame et le comique, opposant à la violence des émeutes des instants de pure absurdité. En témoigne une scène au cours de laquelle Millie et son voisin Ollie (Daniel Craig) se retrouvent menottés à un lampadaire, se tournant autour (au sens propre comme au figuré), avant qu’Ollie ne décide d’escalader le lampadaire. Le caractère gratuit de cet humour facile laisse un goût amer lorsqu’on remet la séquence dans son contexte : les émeutes de South Central firent entre 50 et 60 morts. On ne peut donc s’empêcher de penser que la révolte de South Central n’est pour Deniz Gamze Ergüven qu’un prétexte de cinéma. Une impression renforcée par les dernières minutes du film, qui s’arrête abruptement lorsque Millie réussit à réunir tous ses enfants (qui s’étaient préalablement dispersés dans le chaos). Que le reste du quartier continue à brûler ne semble guère intéresser la réalisatrice.

Merci à Karin Grosset-Grange, professeure d’anglais, pour sa contribution à cet article
 

Philippine Le Bret

Suivez-nous